jeudi 27 août 2015

FOIRE AUX TANDEMS !!!!!!!!!!!

 Avant de commencer:

Un grand merci pour vos participations!!

et aussi:

- Prenez soin de vous dans les mails que vous allez vous envoyer.
- S'il vous plait: répondez aux sollicitations, même si c'est pour refuser.
- Si vous refusez une "offre de travailler en binôme", soyez clairs, simple, francs ET diplomates. (si si ça peut aller ensemble)
- Si vous n'êtes pas contactés...c'est pas grave, ça arrive. Il y aura d'autres foires. Ne prenez pas ça comme un échec cuisant, c'est un jeu.
- Tout le monde peut contacter les auteurs/illustrateurs, même les gens qui n'ont pas proposé d'oeuvres.

Si c'est OK alors on y va:

Bienvenue dans cette nouvelle Foire aux Tandems!!!!!!!!!!!!!!!

                                 



 Michela Eccli nous présente deux images




***

Une image de Marie-Angélique :

Roitelet
 acrylique sur toile, 20x20cm, rebord de 3,5cm
www.mad-artiste-peintre.weebly.com
marieangdelara@gmail.com

***

Cécile Guillot,  auteur de fantastique (ado/adulte/jeunesse) et de chick-lit.

voici quelques lignes d'un petite histoire "cupcakes et sorcellerie !" qui s'adresse aux 5-6 ans.

"Mercredi Léa profite que sa maman l'envoie chercher une baguette à la boulangerie pour aller voir de plus près le chaudron de la sorcière Lilou. Elle pousse la porte vitrée et découvre avec stupeur un comptoir rempli de petits gâteaux tous ronds et recouverts de crème colorée... bleu, mauve, vert, c'est un vrai arc-en-ciel de gourmandise !
La fillette sursaute lorsque la vendeuse sort de l'arrière-boutique, un plateau de pâtisserie dans les mains. Elle n'est ni vieille, ni laide. Léa scrute son visage, mais elle n'y voit aucune verrue, et son nez est petit et retroussé, et non pas crochu comme elle s'y attendait. Seul son chapeau pointu indique qu’il s’agit bel et bien d’une sorcière."

azylis13@hotmail.fr

*** 
Agnès Doney propose des images réalisées en peinture acrylique sur médium. 

Lou et Grégoire De Lacuisine

 Paulette, Pierre et Bruno De Lacuisine
agnes.doney@orange.fr 

*** 

Juliette Parachini propose une image


julietteparachini@gmail.com

***

Célestine Coudray propose deux images




***

Ginou Jussel présente un bout de texte, elle aimerait trouver un binôme qui puisse lui proposer des images tendres avec un peu d'humour aussi....( et souhaite bonne chance à tous ;-)



LES VIEUX OBJETS DU PASSE ONT UNE HISTOIRE

   

Ils sont les témoignages d’une époque révolue.

Ils gardent en mémoire le quotidien de ceux qui les ont utilisés.

Ils nous parlent du passé et de notre enfance.



« Chez Gran Mamy il y a….



Des objets d’un autre temps.

Maman dit que c’est bon pour sa mémoire, pour qu’elle s’y sente bien…

Petit Tom aime bien y passer les vacances. Est-ce un musée ? Est-ce une brocante ?



Il y a une curieuse boîte avec une manivelle et un petit tiroir…

Un drôle de pot de fer, une grosse gourde avec un bouchon….

Et Gran Mamy explique patiemment les choses de son temps….

- Tu étais heureuse Gran Mamy ?

- La vie d’avant n’était pas toujours facile,… mais…

Petit Tom aime l’écouter, elle sait tant de choses…



Il y a aussi des vieux jouets, des trésors cachés,

….et surtout un objet extraordinaire…

Gran Mamy est magicienne…

Et Petit Tom se souvient….. »


 ginoujussel@orange.fr

***

Céline Dupont, propose une image en deux versions:



*** 

Virginie Téoulle présente un morceau de récit  (le début) d'une courte histoire  à la fois humoristique, remplie de poésie et dont la fin est une parabole sur la vie.

"
Piu Piu



« Piu Piu » faisait l’oiseau sur sa branche.


En été, l’oiseau se fondait dans le vert du feuillage

Accompagnant le vol d’une coccinelle égarée.



A l’automne, il prenait sa place comme une feuille délicate,

Étirant ses ailes pour les sécher de la rosée matinale.



En hiver, la branche enneigée pliait lorsqu’il s’y déposait

Et mille flocons propulsés tourbillonnaient.
.....]

Mais la plupart du temps, Piu-Piu n’avait pas de chance.



Il s’écrasait contre les baies vitrées,

Se prenait des fientes de mouettes sur la tête

Se coinçait les pattes dans une tapette à souris après avoir évité le chat en furie.



 Un jour Piu-Piu en se posant prés d’un champ, vit à son plus grand émerveillement devant ses yeux un gros trèfle vert à quatre feuilles, un porte bonheur.

Il se dit maintenant tout va changer.


  virginie.teoulle@sfr.fr

***
Odile Bignolais présente un bout de texte:
 
Marguerite est une fleur très attentive aux autres, notamment aux petites bêtes du jardin. Un jour elle cessera d’être à l’écoute. Elle prendra alors conscience de sa solitude mais celle-ci ne durera pas.

« Des oreilles au bout de la tige



Elle a grandi dans un écrin de verdure loin des autres fleurs. On l’a nommée naturellement Marguerite, Marguerite Du Pré. Le pistil est le cœur des fleurs. Son pistil est tout jaune et tout tendre, il bat au rythme des jours et des saisons. Ses pétales sont comme des oreilles au bout de sa tige. Car durant toute cette vie dans la nature, elle a appris à écouter. Un peu isolée au milieu de cette vaste étendue d’herbe, elle ne restait jamais seule. Tout le monde aimait bien lui tenir compagnie. On s’approchait volontiers d’elle pour lui raconter ses vilaines peines, ses grands bonheurs, ses histoires de cœur.



 Elle en a vu du monde chatouiller ses pétales de larmes de joie ou de chagrin ; des petites bêtes pas toujours amusantes qui venaient parfois de l’autre bout du pré : des rampantes, des volantes, des sautillantes, des blagueuses, des rieuses, des désenchantées, des enthousiastes, des discrètes, des phosphorescentes, des vertes et des pas mûres, des déçues. Certaines à petits pois quand d’autres hésitaient dans leurs choix.

Pour savoir où elles en étaient dans leurs sentiments amoureux les petites bêtes comptaient la chansonnette des fleurettes. On comptait ses pétales et Marguerite Du Pré annonçait la couleur.

- Je l’aime, un peu.

- Mais si peu, c’est navrant madame la mante religieuse. 

En colère la mante religieuse partait de travers, il fallait se méfier de son air. »



 ***
Arnaud Bruneau ( Oh! un gars ^^) nous présente le début d'une histoire, intitulée 
                                                                                                                  GUMES 

C.N.N. Canal National des Navets 



" Et oui, ici Carlotta en direct d’un champ où des endives sont actuellement en train de mener des actions musclées. Je laisse tout de suite la parole à leur leader. Dites-nous pourquoi vous êtes ici ?

- Je me présente, Ogive, leader du mouvement souverain des Endives. Comme vous le savez sans doute, le cours de l’endive a chuté ces derniers mois de façon alarmante. J’ai… Nous avons donc décidé de nous mobiliser !

- Mais c’est-à-dire ?

- J’n’ai pas fini mademoiselle ! Aussi nous lançons un avertissement à la Batavia dont le cours a mystérieusement grimpé tandis que nous dégringolions du haut des camions. Fixant l’objectif avec intensité. SI jamais vous ne renoncez pas – approche sa figure de l’objectif – sous peu à vos activités illégales de concurrences déloyales, car nous ne croyons pas à vos salades, nous agirons !

- Merci Ogive.

- J’n’ai pas fini !

- Mais…

- Idem pour la Laitue, si elles croient que nous ne les avons pas à l’œil, elles se trompent. Et j’irai jusqu’à mouiller la Mâche. Ces lâches mollassons sont prêts à suivre le premier cœur tendre qu’ils croisent !

- Mais…

- Il ne sera pas dit que nous sommes butés ! Si vous nous prêtez allégeance dans les jours qui viennent, vous les Batavias, Laitues et Mâches, nous serons cléments et renoncerions à toute violence inutile. Eh eh eh. Mais sachez ! Si votre silence reste de plomb, que nous n’hésiterons pas, oui vous avez entendu, nous n’hésiterons pas à lâcher limaces et escargots sur vos champs de reproduction, il y en aura tellement que plus personne n’osera vous acheter ! Et à moiiii la gloire !

- Ahem c’était Ogive l’Endive, connu pour ses nombreux séjours en congélateur psychiatrique maiiiis lâchez-moi, vous allez voir où je vais vous la mettre ma carotte ! – Carlotta se débat avec Ogive l’Endive et finit par l’assommer –

Non mais, je crois que les Endives font courir un vrai danger et j’ai entendu dire parmi leurs rangs qu’ils préparent  une arme spéciale. Mais pour être tout à fait impartial il nous faudra enquêter dans le milieu de la salade. Carlotta la Carotte, à vous C.N.N. »



Voix du présentateur

« C’était les infos régionales de C.N.N., le Canal National des Navets ; le professionnalisme de nos journalistes légumiers pour vous ! »

arnaudbruneau@hotmail.com 

***
Roxane Tilman propose un texte qui s'intitule "Norbert et Violette".

Il était une fois un caneton qui avait toujours faim.
On pouvait le rencontrer à n'importe quelle heure de la journée, il mangeait.
Il mangeait tant et si bien qu'il devînt énorme.
Et les autres canetons de se payer sa tête.
"Norbert, le canard farci, par-ci."
"Norbert, le canard laqué, par-là."
Mais Norbert n'en avait cure.
Il continuait de manger...
Les mères des autres canetons, en bonnes commères qu'elles étaient, ne se privaient pas de le critiquer.
"Je ne voudrais pas mettre mon bec dans vos affaires, Ariane, mais Norbert a un problème." dit l'une d'elles
"Norbert n'a pas de problème. Il grandit, c'est pourquoi il a bon appétit" répondit la maman de Norbert agacée

***
Sandrine-Marie Simon propose un bout de texte: 
L'idée: une petite souris qui travaille à récupérer les dents se trouve sans emploi et elle trouve une solution pour que cela soit à nouveau possible. Un clin d'oeil aux parents qui devraient toujours raconter des histoires aux enfants... 
Sans idée préconçue, Sandrine Marie accueillera volontiers les propositions diverses.
Histoire pour les enfants de 5 à 8 ans. 
 
Les moustaches de Souricette.

Souricette est bien malheureuse…c’est le troisième soir qu’elle attend…Elle

attend le signal du départ ! Son sac à dos est prêt ; elle y a mis tout ce dont elle a

besoin : le coffre à trésors, avec plein de pièces dedans, la lampe de poche, un

bonnet, une écharpe et un petit goûter, juste au cas où !

Mais pour l’instant, c’est le calme plat. Ses moustaches ne bougent pas d’un

poil. Souricette se demande bien si elle va devoir encore patienter toute la nuit,

pour rien.

C’est bizarre tout de même ! D’habitude, chaque soir, elle a à peine fini de

préparer ses affaires que ses moustaches s’agitent dans tous les sens !

Mais là, rien ! Absolument rien !

Souricette commence alors à réfléchir et à imaginer ce qui a bien pu se passer.

Et si ses moustaches étaient tombées en panne ?

Non, impossible ! La mère, la grand-mère, et même l’arrière grand-mère de

Souricette ont toujours eu des moustaches qui fonctionnaient à merveille ! Elles

ne peuvent pas tomber en panne !

Et si une autre souris était arrivée sur le secteur ? Impossible non plus ! Il faut

une autorisation spéciale ! En plus, Souricette aurait été avertie tout de même !

C’est la moindre des choses !

Et si c’était plus grave que ça ?

Et si c’était parce que les parents ne racontent plus d’histoires à leurs enfants ?
sandrine-marie.simon@laposte.net
*** 
Bénédicte Cantele, alias Mona Lisa. C'est un extrait d'une histoire racontant la difficulté d'Ichtus, petit saumon qui a peur de mettre la tête dans l'eau...

"Icthus avance doucement sur le bord des bassins. Il reste en fin de file et espère encore échapper au grand bain. Mais est-ce urgent de savoir nager ? Papa et Maman lui ont dit :
- Les poissons nagent…C’est ainsi. Les oiseaux volent, les kangourous sautent, les fourmis cro-ondent et les poissons nagent.
Alors doucement, Icthus avance dans le petit bain. Il trempe une nageoire dans l’eau. Brrrrrrrr. Tout le monde autour de lui s’éclabousse. Il se recule pour ne pas être mouillé. Un sifflet retentit. Le maître nageur, ce vieux loup de mer a sifflé la fin de la séance. Ichtus n’en revient pas… Madame Fisheyes l’a oublié sur le bord du bassin… Il peut rentrer chez lui. Il a échappé à l’immersion totale ! Ouf !"

J'aime les illustrations douces, assez réalistes avec plein de petits détails rigolos type les Passiflores. Je suis fan de Quentin Gréban. J'aime quand il y a de la couleur, de la vie.
***
Nathalie Mossmann à la plume et non aux pinceaux...nous propose l'extrait d'un grand texte de 19000 signes.
Elle aimerait "quelque chose de doux, qui passerait par toutes les nuances de bleu avec un petit zeste de fantaisie tout de même !"

Un petit monde coupé en deux

«  Avant, il y avait un seul monde.

Un roc, émergeant de l’océan.

Gris d’un côté, vert de l’autre.

Dans sa forêt, ils se promenaient le dimanche.

Samedi, ils s’amassaient sur les quais pour voir les poissons frétiller sur les étals.

Le vendredi, les femmes du village frappaient le linge au lavoir, près de l’église.

Les autres jours, les gens vaquaient à leur occupations… 

Comme le boulanger, qui pétrissait sa pâte longuement avant de la faire gonfler au lever du soleil

Ou le boucher, qui tranchait amoureusement sa viande en fines lamelles rouge carmin.

Tandis que les effluves de la mie fraîche et des pâtés aux herbes chatouillaient les narines des enfants qui s’en allaient vers l’école.

Dans ce petit monde, Marin était un enfant comme les autres.

Un pouce plus timide.

Un zeste plus tendre.

Un chouillat plus gauche aussi.

Mais Lucinda l’aimait ainsi.

Lucinda, c’était son amie, celle à qui il offrait la moitié de son petit pain le soir, quand ils quittaient la classe.

Lucinda et Marin, unis à jamais, tel qu’ils l’avaient décidé un matin en paraphant l’arbre centenaire. 



Mais un jour, la foudre frappa violemment la manivelle du puits du village.

Une zébrure a fissuré le roc.

La falaise s’est éboulée, côté gris.

La terre a tremblé, côté vert.

Une large crevasse est apparue entre le village et le moulin.

Une nuée de chauve-souris, sortie des entrailles du roc, a fui au large, alors que le monde agonisait.

Ils se sont accrochés à ce qui tenait encore. Ils ont pleuré comme des enfants, terrifiés par la fureur des éléments.

Et puis le calme est revenu tandis que le petit monde avait été coupé en deux... »

nathalie.mossmann@gmail.com 
http://nathaliemossmann.wix.com/ptitesmines

***
Geisha Line présente le début d'un texte sorti des cartons. C'est une petite histoire d'amour sans prétention autour d'un sac à main...

Le sac à main de Bernadette Flanflan



Bernadette Flanflan ne sort jamais sans son sac à main.
Quand Bernadette Flanflan est en balade, le sac à main est de la promenade.
Et quand le sac joue les nomades, il y a toujours à ses côtés Bernadette Flanflan qui gambade.
C’est que, chaque jour de l’année, Bernadette Flanflan range dans son sac à main tous ses trésors pour ne jamais les oublier.

À l’automne, Bernadette Flanflan a placé dans son sac à main
un morceau de craie et une pièce de monnaie,
deux feuilles d’érable et trois petits grains de sable,
le flic-flac de la pluie et le tic-tac du temps qui fuit,
les doigts fourchus de la sorcière et les « ouuhhhhh » du fantôme du cimetière.

Bernadette Flanflan a également glissé dans la toute petite poche de son sac à main
le sourire merveilleux de Balthazar,
ainsi qu’un sentiment tout bizarre,
et puis aussi…
mais chut ! c’est un secret !

(Je mettrai la suite sur mon blog !)

***
 
Shaïed   nous propose une illustration:
"Mon illustration est ouverte à toute belle histoire qui veut l'accompagner.
Technique utillisée : aquarelle, je peut aussi travailler en numérique."

***

 Clémence nous propose une image:





http://clemenceitssaga.blogspot.fr/
 clemence.ihizcaga@gmail.com




  







3 commentaires:

roxy a dit…

Très belle foire à toutes et tous :-)
Merci Marie France.

Marie-France Chevron a dit…

De rien ^^ amusez-vous bien les copinous

Nancy a dit…

Dites-donc, Mademoiselle Mira,
Vous organisâtes une belle foire aux tandems, ma foi !