dimanche 17 avril 2016

Mon premier roman épique!


Et là, ben... c'est la couv'
LE     TITRE....!!!!!!




Extrait de mon oeuvre: 
mi-conte, mi-fantasy et re-mi-conte derrière
(phrase d'inspiration Kaamelotienne que les fans apprécieront)


...ça avait l'air d'être un devoir, car j'ai eu la "note provisoire" de 14/20 ("revois la ponctuation")
( c'est vrai...trop de points de suspension, et déjà, même dans ce post...Ah lala: crotte de ch'val!)

Je suis en 5ème F, peut-être que ma prof s'appelle Mademoiselle Delon...(re-crotte: points de suspension qui me collent, là) mais je suis pas certaine.


Là je suis plus petite et je suis sur "le poulain magique"

Je sais pas ce qui est le plus touchant, 
revoir cette photo? 
 se relire après tout ce temps et voir que ma foi, le récit tient un peu?
 de voir que mon style d'écriture s'est amélioré? ( ah si!) ( si si)
 de savoir que j'écris depuis longtemps? 
de m'apercevoir que mon style graphique, en revanche- n'a pas bougé? 

...ou d'avoir toujours intacte l'envie d'écrire des épopées?

(points de suspension)

6 commentaires:

Agnès a dit…

Oui... C est émouvant de tomber sur des morceaux de son enfance...
Et de voir que tout était déjà un peu là...
... Que dire de plus...
Que le point n est jamais tout a fait final ...
:p

Marie-France Chevron a dit…

Je vois que tu pratiques le point de suspension. (Il faut que l'on se soigne)
Quitte l'employer, autant l'employer TROP!:-))

Oui, le point n'est jamais tout à fait final, c'est très joliment dit.

Nancy a dit…

Oh là là .....................................................................
Tiens, voilà des points de suspension, pour remplacer les petites larmes qui viennent en te lisant !
Photo et roman trop chou, tu étais déjà là, Mira <3

Marie-France Chevron a dit…

et oui ^^ déjà, c'est drôle hein!

Merci pour tes larmes en suspension <3

Mathildette a dit…

Allez mais la suite quoi !!

Moi c'est plutôt les points d'exclamation que j'aurais tendance à utiliser outrancièrement ....

Marie-France Chevron a dit…

Hahahahah!!! tu as lu mon extrait!!!!!...!!!!

Tout ce que je peux rajouter c'est:
"Quelques instants plus tard son père lui forgea, un vrai équipement de chevalier, et la fée lui donna une épée de foudre.Puis il partit"

Outre la virgule mal placée après "forgea", on voit très bien, derrière le conflit post-odipien, que l'auteure cherche une résolution sublimatoire au travers d'attachement à des objets phalliques.Notons que c'est son père qui se charge de "l'enveloppe maternelle-équipement de chevalier" et que c'est la fée qui lui offre son "substitut-paternel-"épée" (redoublée de la puissance )"foudre" qui plus est.