dimanche 7 août 2016

Je ponce, donc j'essuie

Comme on m'a prêté la grosse machine qui va bien, j'ai décidé de me lancer dans la rénovation de mes volets.
J'ai décidé en ma grande sagesse, que ça allait devenir mon activité tantrique de l'été.
Car c'est LONG.


Lorsque l'on a tout -bien- poncé, alors seulement on peut se lever aux aurores, pour faire crisser les poils du pinceaux sur les volets, aux oreilles -endormies- de son voisinage. Et ce jusque tard le soir.

Oui car tout se lasure recto-verso au moins trois fois.
    ihi, je le savais pas...c'est nigaud.

J'aurais préféré ,moi, qu'on m'oigne de monoï, sur le sable d'une plage où ma peau serait naturellement gommée par les milliers de petits grains quiMAIS NON ! VOILA!
 BREF

Vol de volets fraichement lasurés prêt à rejoindre ses gonds.


Ah voir lasure...
 



Alors ça y est? Ce blog a définitivement basculé du côté du bricolage-électricité-gros oeuvres-tous travaux?
On n'écrit plus? Et les textes pour la jeunesse alors,  hum?
  Et l'art bordel????!! quoi? merde! fuck!

                           ... comme on dit, hein, "on ne  peut pas être au four et au Leroy Merlin"

* prochaine rubrique: comment laver des pinceaux au white spirit*
:-)

4 commentaires:

Agnès a dit…

Haha !
Oui voilà ...
Je vois que tu fréquentes toi aussi Merlin ... Moi je le délaisse pour le moment mais notre histoire n est sûrement pas terminée ;)

Marie-France Chevron a dit…

'tain ! ça sera bien quand ce sera fini. Mais voilà, c'est pas fini.

Jeremy Barraud a dit…

Ha ha, la lasure, c'est ma grande copine... Et laver les pinceaux au White Spirit c'est un grand moment de solitude, surtout quand tu reviens le lendemain matin et que le pinceau est hyper-dur. Après, c'est toujours cool de sniffer du White Spirit :)
Moi une fois y en a repeindre les volets. Moi les avoir laissés dehors après avoir passé première couche de peinture blanche. Avoir beaucoup plu pendant la nuit. Moi revenir le lendemain matin et m'apercevoir que volets aussi beaux que la surface de la Lune. Moralité: pas faire comme moi.

Marie-France Chevron a dit…

J'ai pas fait cette bévue là grâce aux conseils avisés de mon entourage. Depuis je consulte la météo: soit je peins ce que je peux abriter, soit je peux laisser dehors la nuit.
J'attaque la deuxième couche. ( et la troisième)
Je commence à en avoir marre. Un peu. Là.